Paul Wamo

Paul Wamo

Une vie à l’envi

50679507_1013792038807903_4864351217804902400_nPaul Wamo n’avait rien prévu, rien planifié, rien programmé. Poète, compositeur, interprète, slameur, il construit sa vie professionnelle au jour le jour. Né en 1981 à Lifou, il est installé à Marseille depuis quatre ans. Il a quitté la Nouvelle-Calédonie où il avait acquis une certaine renommée pour concrétiser des projets artistiques mais aussi pour « sortir de sa zone de confort ». Il voulait voir ce qu’il y avait derrière la barrière de corail. Depuis, il développe des projets d’écriture, avance sur un album. Il fait également beaucoup de scènes, assure des ateliers d’écriture, des résidences, des performances, tout en continuant à se chercher. Pour lui, la poésie est « un troisième poumon », l’écriture un cadeau de la vie. Quand il n’arrive pas à dire quelque chose de l’intérieur, les vers viennent à son secours. Il se rappelle la première fois qu’il a accepté de faire une lecture publique. C’était deux ou trois ans après avoir commencé l’écriture, en 2003 ou 2004. Extrêmement timide, il appréhendait ce qui se présentait alors comme « un calvaire ». Le slam n’existait pas encore. La veille de sa performance, Paul Wamo est tombé sur un film de Marc Levin intitulé Slam. « C’est ce soir-là que tout a commencé. Je me suis dit “demain, c’est comme ça que je vais proposer mon texte”. Sur scène, j’ai crié, j’ai craché, j’ai pleuré. » Il s’est exprimé de tout son corps et de toute sa force. Il a trouvé ce qui lui correspondait. Sa voix, il l’a trouvée plus tard, en entendant et en voyant Saul Williams.

 

 

Je n’aime pas Pierre Loti

[Éd. Les petites allées, 2017]

paul wamo je n'aime pas pierre lotiCe livre raconte la rencontre de Paul Wamo, auteur contemporain kanak, et de Pierre Loti, écrivain et officier de marine français, né en 1850 et mort en 1923. Les deux auteurs « se rencontrent » à Rochefort et dans le Pacifique. Paul Wamo n’a pas aimé l’attitude de l’écrivain dans le contexte de la France coloniale. Le texte traite de l’ineptie de certains préjugés. L’illustration de la couverture est signée Andreas Dettloff. L’oeuvre est baptisée « Crâne de Loti ». Paru aux éditions les Petites Allées, ce livre a été publié en 2017, imprimé de façon artisanale à Rochefort sur papier vergé et assorti d’une enveloppe pour le conserver, ou l’envoyer !