Univers Polynésiens

34 recettes d’abondance polynésienne – Evy Hirshon

Abondance polynesienne_Couverture_02

Après « La bonne cuisine d’Evy », Evy Hirshon poursuit son expérience culinaire et affiche clairement et savoureusement son véganisme.

Les photographies et la mise en page ont été réalisées par Anaïs Bergeretti.

Interview de Evy :

Que s’est-il passé depuis la parution de votre 1er livre ?

EH : « Les réactions après la parution de mon livre m’ont touchée, même bouleversée. Je ne m’attendais pas à tant de bienveillance et à tant d’encouragements rencontrés un peu partout, aussi bien dans les supermarchés que dans la rue grâce aux émissions de télé « E aha te ma’a ». Plus tard, lorsque j’ai organisé les ateliers de cuisine–nutrition dans ma petite maison, là encore les réactions furent joyeuses. Joie de découvrir une autre façon appétissante de manger avec des recettes faciles à réaliser, où l’esthétique rimait avec plaisir gustatif… »

En quoi ce livre est différent du premier ?

EH : « Dans « Abondance polynésienne » j’explore différemment l’alimentation. J’ai choisi d’omettre viandes, poissons et produits laitiers sauf ceux à base végétale. L’accent est mis sur une alimentation composée de graines, de féculents, de tofu organic, de légumes et fruits, de fromage à base de noix et parfois de fromage de chèvre ou brebis. Ce que les anglo-saxons appellent « plant based diet ». J’ai voulu démystifier la croyance, un diktat qui pendant des générations jusqu’à aujourd’hui, influence la population leur faisant croire à la nécessité des protéines animales, comme à la nécessité du lait de vache pour la construction des os et l’apport en calcium. »

Le véganisme fait peur à certains, comment le rendez-vous appétissant ?

EH : « Lors de mes ateliers de cuisine–nutrition, les réactions sont multiples, jamais négatives surtout lorsque nous nous attablons pour déguster nos préparations. Souvent les participants sont fascinés par l’esthétique des plats, le foisonnement des épices ou de l’utilisation des plantes aromatiques, la facilité et la rapidité de les cuisiner, l’immense plaisir de gouter de nouvelles saveurs, l’intérêt porté au bien-être de la planète, ainsi qu’à sa propre santé. »

Laisser un commentaire