Haere Pō

Voyage d’une flûte de roseau aux Marquises. Te koute‘e o te vivo kakaho – Caty et Gilbert Banneville

couverture flûte
Dans le sillage d’une flûte en roseau péruvienne se dessine la rencontre entre les peuples de l’Amérique du Sud et de l’Océanie — ainsi qu’une belle histoire d’amour entre une jeune fille de la vallée de Hakaui à Nukuhiva et un jeune garçon qui a quitté ses Andes natales.

Illustré par Caty Banneville, le texte français de Gilbert Banneville et marquisien de Marie-Christine Teikitohe rend compte de ce moment mémorable.

 
 
 
 

Les champignons de Paris – Emilie Génaédig

Capture d’écran 2017-10-09 à 15.32.04
Créée en 2016, la pièce écrite par Emilie Génaédig et montée par François Bourcier propose au public des éléments d’archives historiques et les étapes d’une lente prise de conscience de la réalité des essais nucléaires français au Sahara puis dans le Pacifique, à Moruroa et à Fangataufa, et de leurs conséquences sanitaires, économiques, sociales et culturelles.
Les essais se sont déroulés ici, chez nous de 1966 à 1996, il y a 20 ans de cela ; il s’agit désormais moins de polémiquer sur le passé que de préparer l’avenir. A chaque représentation, un débat s’organise entre auteure, acteurs et spectateurs, riche en émotions, en souvenirs et en réflexions. Le texte français est restitué en langue tahitienne par Emma Faua-Tufariua, familière de Moruroa e tatou et qui vient d’être nommée à l’Académie tahitienne au fauteuil de John Doom.

 
 
 
 

Au pied de l’Ecriture, histoire de la traduction de la Bible tahitienne – Jack Nicole

Un tournant dans l’histoire du Pacifique qui va bouleverser les modes de la pensée !

En 350 pages et 1691 notes, Jacques Nicole renouvelle notre perception du Pacifique et, plus précisément, celle de Tahiti et des îles. Prenant comme fil directeur l’histoire de la traduction de la Bible dans la langue ma‘ōhi, il nous rend attentifs à ne pas prendre la parole d’Évangile au pied de la lettre, à ne pas confondre Eros et Agape, te mau mea et te mau mā‘a (I Cor., 612) et nous rappelle les bases de l’écriture des Écritures… L’histoire de la traduction de la Bible se pour- suit encore aujourd’hui en langues tahitienne, marquisienne et pa‘umotu, comme le précisent Mgr Hubert, le pasteur Lucas, le père Paul et Jean Kape dans les nouveaux Appendices de cette réédition.

 
 
 
 

Je colorie ma Polynésie – Mélody Seybald

Capture d’écran 2017-10-09 à 17.00.31
Mon fils m’a inspiré… Il adorait colorier et voulait toujours que je lui fasse des dessins à colorier ! Le thème de la Polynésie s’est imposé de lui-même, comme un jeu, entre lui et moi. « Qu’est-ce qu’on trouve encore chez nous, dans les îles ? » Il m’a répondu 30 fois et voici les 30 réponses que je lui ai dessinées : des plantes, des fruits, des animaux, des poissons et des objets familiers à son jeune âge… exprimées aussi dans cinq des langues de Tahiti et des îles, en français, en tahitien, en marquisien, en pa‘umotu et en anglais.
Un album à colorier multilingue !

 
 
 
 

Poèmes des Mers du Sud 1813-1914 -Rupert Brooke. Traduit par Henri Theureau

Capture d’écran 2017-10-09 à 17.03.10
Rupert Brooke (1887- 1915), un poète anglais ? Un poète de guerre ? Un poète océanien ? Un poète tahitien dans la Première Guerre mondiale ? Un an avant de s’engager et de partir au front, Rupert Brooke voyage pendant sept mois dans les Mers du Sud, de Hawai’i à Samoa, de Nouvelle-Zélande à Fidji. Il séjourne trois mois à Tahiti entre l’hôtel Tiare de Lovaina à Papeete, et un fare à Mataiea avec Ta’atamata — à qui il dédicace son poème Tiare Tahiti.

Puisse ce petit recueil de 12 poèmes traduits par Henri Theureau faire connaître Rupert Brooke au public de Tahiti et des îles et ajouter une étape supplémentaire, celle du Pk 44 côte Ouest, au « tour de l’île littéraire » à imaginer, qui mènerait de Loti à Stevenson en passant par Becke, Keable, London, Maugham, O’Brian, Stoddard et quelques autres…

Laisser un commentaire