Auteurs de Polynésie

La Polynésie Française se distingue par la richesse et la polyvalence de ses plumes locales. De nombreux auteurs polynésiens, connus, reconnus -et parfois, méconnus- nous font l’honneur de leur présence au salon « Lire en Polynésie 2016 » afin de révéler leurs talents, leurs expériences, leurs secrets… On tout simplement pour nous conter des histoires, mythes et légendes oubliés. Entre culture, identité culturelle ou simple plaisir d’échanger, venez à la rencontre de ces écrivains des Mers du Sud lors de tables rondes, conférences, ateliers et présentation d’ouvrages.

Nous vous donnons rendez-vous sur le Paepae de la Maison de la Culture du 10 au 13 novembre 2016.

Annelise HeurtierAnnelise Heurtier

Annelise Heurtier est née en 1979 dans la région lyonnaise. En 2006, lors d’un premier séjour de deux ans à Tahiti, elle rédige son premier petit roman à destination du jeune public. Rapidement publié aux éditions du Rouergue, celui-ci sera couronné de plusieurs prix littéraires. Depuis 2011, Annelise Heurtier est revenue s’installer en Polynésie, avec son compagnon et ses deux enfants. Elle a écrit une quinzaine d’ouvrages traduits dans plusieurs langues, à destination d’un public très large, des jeunes lecteurs aux grands adolescents et aux adultes. Parfois graves, souvent exigeants, les sujets qu’elle aborde conduisent le lecteur dans des endroits variés, qu’il s’agisse des ruelles de Katmandou, des bidonvilles d’Oulan-Bator ou sur les traces des migrants africains, entre l’Erythrée et Lampedusa. Son roman Sweet Sixteen, publié en 2013 aux éditions Casterman, a notamment reçu un accueil dithyrambique de la part de la critique. En lice pour une trentaine de prix littéraires et réimprimé à plusieurs reprises, il déjà considéré comme un « classique » de la littérature jeunesse. Amatrice de Ori Tahiti, Annelise Heurtier a souhaité rendre hommage à ce pilier de la culture polynésienne en écrivant un texte d’album sur le sujet, dans lequel se reconnaîtront certainement bon nombre de petites filles.

Bibliographie sélective :

Refuges (roman ados, éditions Casterman, avril 2015)

Combien de terre faut-il à un homme ? (album d’après Tolstoï, éditions Thierry Magnier, septembre 2014)

Là où naissent les nuages (roman ados, éditions Casterman, mars 2014)

Sweet Sixteen (roman ados, éditions Casterman, mars 2013)

Le Carnet rouge (roman ados, éditions Casterman, mars 2011)

Acajou

Acajou-300x225Le parcours exceptionnel d’un enfant de Raiatea, l’île sacrée, de l’archipel des îles sous le vent. Ce livre, débute avec une série d’entretien menés par Solange Drollet, sur la piste des souvenirs vivaces de cet autodidacte accompli, sa famille, sa jeunesse, ses jeux de garnement vif et farceur, ses amours, sonparcours professionnel, ses rencontres prestigieuses, et ses amitiés avec quelques grands de ce monde, Walt Dysney, le Général De Gaulle, …

Dans la seconde partie de ce livre, le Maestro, comme le surnomment ses amis, nous dévoile quelques une des recettes qui ont fait de lui un restaurateur incontournable à Tahiti. 33 recettes chinoises, et 31 recettes de cuisine polynésienne aux trois saveurs, comme il le dit avec humour, des touches chinoises, tahitiennes et françaises !

Ses amis, ses clients, de Raiatea à Tahiti, ceux qu’il a tant régalés autrefois, le disent avec nostalgie : «Acajou est quasiment une institution culinaire. Sa vie, c’est toute l’histoire de la restauration et de la grande hôtellerie polynésienne !» De la cuisine chinoise traditionnelle à la grande gastronomie française en passant par sa cuisine métisse aux trois saveurs, il a partagé avec quelques illustres personnalités et des centaines d’amis des moments inoubliables d’émotion et de plaisirs gourmands. Les recettes que propose Acajou dans son livre sont parmi les plus savoureuses de son répertoire. Destinées à un large public, du débutant peu fortuné à la maîtresse de maison expérimentée, toutes sont de réalisation facile.

Patrick Araia AmaruAmaru

Professeur des écoles en langues et cultures polynésiennes, Patrick Araia Amaru a été priméplusieurs fois en tant qu’auteur au Heiva. Son premier livre Des mots pour soigner des maux est édité en 2009 et reçoit le 1er prix littéraire Te U’I Mata en 2010 lors du salon du livre de Papeete.

Alexandre Moeava Ata

Alexandre Moeava Ata est né à Papeete, il a été adopté à Vairao par la famille Maitere, puis à Rurutu par la famille Tavita. Au retour de ses études en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne, il a été chargé de mission de Pouvana’a a ‘O’opa, membre du gouvernement de Francis Sanford, puis conseiller des présidents Flosse et Temaru. Il a dirigé le Tourisme, les fêtes du Tiurai, l’Enseignement protestant, les investissements touristiques, l’aménagement du Territoire, les entreprises dans le Pacifique insitutionnel (CPS, Proe etc.), le programme de constitution de réserves foncières touristique et culturel (MJMC, Musée de Punaauia, Vaipahi, emprises foncières du Maeva, du Méridien, du Taharaa, du Club Med notamment) ; il a initié les premières campagnes de restaurations de vestiges archéologiques avec le professeur Emory et le Dr Sinoto à Huahine, à Moorea et aux Marquises… Il est l’auteur de nombreux textes et a publié aux éditions Haere Po quatre ouvrages : Dites-nous, les arbres en 2009, Voyage en OGM (Océanie génétiquement modifiée) en 2010, Tautai ou le ruisseau de Bali en 2011 et Leurres de Rafflésie et tourments de Polynésie, la nouveauté du Salon du livre de Papeete en 2012.

Philippe Bacchet

D’un environnement familial très orienté vers la découverte, le sport, la nature et les activités de plein air, Philippe Bacchet est incité très tôt à apprendre les rudiments de la photographie. Faire ce que les autres ne font pas devient son credo. Homme de terrain, l’imaginaire nourri par les romans de Jules Vernes, de Stevenson et d’Edgard Poe, il se plaît depuis longtemps à rêver, raconter, puis témoigner, surprendre… alors il part. Loin. Il posera son sac à Tahiti en 1984, interrompant alors un tour du monde qu’il s’était pourtant promis de boucler dans la même année. Il faut dire qu’un premier passage en Polynésie, deux ans auparavant, lui avait déjà permis de nouer des relations attachantes et solides avec les habitants de ces îles. Depuis son installation à Tahiti, il a la bougeotte. Dans les airs, sur terre et sous l’eau, il réalise des clichés par milliers, se constitue une formidable banque d’images et contribue à de nombreuses publications sans frontières sur la nature, le tourisme et l’environnement. Il signe Îles et Lumières en 1999, puis le fameux Guide des poissons de Tahiti et ses îles en 2006, le guide des récifs coralliens de Polynésie française, en 2011. tous trois aux éditions Au vent des îles. Depuis quelques années, Philippe Bacchet s’implique assidûment dans l’inventaire et la préservation de la biodiversité marine polynésienne.

 

Michèle de Chazeaux

Michèle-de-chazeaux

Professeur de lettres, productrice et animatrice d’émission de radio et de télévision pour Polynésie 1ère. Elle a interviewé pendant des années, pour la radio, les femmes et les hommes qui ont fait ce pays, explorant ainsi la mémoire collective de la Polynésie française. Ses relations avec le monde de l’artisanat polynésien ont permis cette étude du tifaifai et de ceux qui le produisent. Elle est à l’origine de la plupart des portraits d’artisans.

Patrick Chastel

Passionné par l’histoire et la culture polynésiennes, il est l’auteur de romans, de livres pour enchastelfants ou adolescents, ainsi que de divers autres ouvrages sur la Polynésie.
Ayant enseigné durant quinze années à Hiva’oa aux îles Marquises dont il a appris la langue, c’est tout naturellement qu’il a décidé de combler un vide en travaillant sur un recueil de mythes et de légendes qui étaient jusqu’à maintenant difficiles d’accès.

Après une quinzaine d’années aux Iles Marquises où il était également correspondant pour le quotidien La Dépêche, Patrick Chastel revient sur l’île de Tahiti où il est désormais à la retraite et se dédie à l’écriture. Passionné par l’histoire et la culture polynésienne, il est l’auteur de romans (L’Enlèvement aux Marquises, Droit dans le mur, le premier ayant été publié aux Etats-Unis sous le titre The South Seas Vanishings) de livres pour enfants (La légende de Hai Puka, Teiki et Moetai, Voyage au pays des oiseaux Kula) ainsi que de divers ouvrages sur la Polynésie (Le sourire du Tiki, Te fenua enata. La terre des hommes. Chroniques des îles Marquises). Il a également collaboré à plusieurs ouvrages collectifs dont Les îles Marquises. Archipel de mémoire. Il a également publié un recueil de mythes des Marquises.

Andreas Dettloff

Andreas Dettloff est est un artiste-plasticien français, né en 1963 à Iserlohn en Allemagne. Il vit et travaille à Papeete depuis 1989. Dettloff a été invité d’exposer ses œuvres dans tout le Pacifique et en Europe, notamment aux Biennales de Lyon et de Venise. Il utilise les signes et les symboles emblématiques des sociétés occidentale et polynésienne pour en donner une lecture qui donne à réfléchir. Cet artiste, qui se défie avec humour des communautarismes, dénonce par ce biais leurs limites et leurs contradictions. Son art se caractérise par un détournement systématique et une hybridation qui frôlent parfois l’iconoclaste.

Jean-Pierre Desperiers

JP-et-Taina-DesperiersC’est dans ce creuset gastronomique du Sud-ouest de la France, qu’à la fin de la première moitié du siècle dernier, Jean-Pierre Desperiers voit le jour et passe sa jeunesse dans un petit village vivant au rythme des vendanges et des semis du gavage et du foie gras. A cette époque, la cuisine était de famille, devenait l’occasion de préparations méticuleuses de conversations vives autour de vins conservés amoureusement à la cave. Puis c’est l’apprentissage, des heures et des heures, des journées où l’on ne compte pas les heures, à l’hôtel « Richelieu », Chez Jacques Darc, maison réputée dans le Sud-ouest. De la cuisine familiale à la grande cuisine gastronomique et régionale, il apprend à aimer ce métier pour apporter le plaisir des saveurs des produits. Cuisinier du Ritz à Barcelone, à la « Feria del Campo » à Madrid, en passant par le Georges V à Paris, notre troubadour prend son baluchon pour faire découvrir la somptuosité d’un magret de canard et l’onctuosité d’une escalope de foie de canard aux pommes. Quelques saisons à Biarritz le château
de Brindos, le Palais, à St Girons dans les Landes pour cuisinier mieux son terroir, les palombes, le sanglier, les ortolans, les brochets, les tourterelles, le gâteau basque, les terrines de foie gras, faisait le bonheur savoureux de toute une société landaise avide de bonne chère. Il y a près d’un demi siècle déjà, Jean-Pierre Desperiers arrive en Polynésie Française. Alors commence une carrière prometteuse dans les cuisines des restaurants les plus réputés de Tahiti : « Le Rotui », Le Maori », « La Chaumière » : soirées somptueuses, repas délicats, ronde des fromages, et de buffets à thème et déjà l’utilisation des produits du lagon, de l’océan Pacifique et du « fenua » dans de nombreuses de ses préparations gastronomiques. Il enseignera la cuisine au Lycée Hôtelier de Taaone de Tahiti et de transmettre son savoir et sa passion aux élèves polynésiens durant dix ans. Il réalise quelques ouvrages de recettes de cuisine, anime des émissions de télévision et de radio toujours pour la promotion des produits locaux.

Martine Dorra

Martine Dorra est arrivée « comme ça », en Polynésie, il y a dix huit ans. Pour quitter Paris et vivre quelques mois dans une île sous les tropiques. Elle y est restée! Auteure d’une vingtaine de livres « jeunesse », elle a été publiée chez divers éditeurs, le Seuil, Mango, Syros… « Le Tour du Monde de Nino », chez Bayard est réédité régulièrement depuis 2001. Il lui a fallu des années pour commencer à écrire ses  premières histoires inspirées de l’univers polynésien, Tafa’i et Rougeur du Ciel, La Gardienne des Tortues. Le temps de « se nourrir », dit-elle. Puis, c’est la rencontre avec les éditrices de ‘Ura Tahiti. Toa, illustré par Isa Artur sort en 2011. En 2012 « Tahiti des dieux et des héros », un ouvrage un peu particulier dans sa bibliographie. Deux livres seront présentés au salon Lire en Polynésie 2013, « Le Collier de clous » un conte des îles en pièce de théâtre, et « Les Mondes de Kirimi », quatre histoires universelles version polynésienne.

Marie-Noëlle Frémy

fremy

Historienne spécialiste d’histoire contemporaine, elle a associé enquête livresque et enquête de terrain auprès des institutions, des artisans et des passionnés du tifaifai. Elle a écrit une grande partie des textes.

Gérard Garnier

Gérard Garnier est médecin et thérapeute familial. Il exerce à Gerard GARNIER_2Tahiti depuis la fin des années 80. Il a obtenu en 2000 un Diplôme d’Études Approfondies en anthropologie polynésienne. Cet ouvrage est basé en grande partie sur le texte de ce mémoire consacré à la circoncision polynésienne. Avec d’autres chercheurs et cliniciens, il anime l’association AFAREP qui a organisé, ces quinze dernières années, de nombreux colloques interdisciplinaires et qui a publié plusieurs ouvrages qui contiennent divers articles de l’auteur. Il participe avec d’autres à la consultation d’ethnopsychiatrie qui existe à Tahiti depuis l’année 2000.

Gotz

Artiste peintre né en France en 1964. A abordé toutes les formes d’expression plastique gotzavant de se consacrer à son art : la peinture. Vit depuis 1991 à Tahiti, sur l’île de Moorea au milieu de l’exubérante végétation d’une vallée où est installé son atelier. Illustrateur, il est l’auteur des planches de Pito ma, une bande dessinée dans laquelle il croque la vie polynésienne avec humour. A également réalisé plusieurs ouvrages sur le tatouage polynésien, un sujet qui le passionne. 
C’est avec gourmandise que, tout môme, Gotz dévorait les histoires de Spirou, Gaston Lagaffe et Astérix… Il en recopiait avec soin les personnages et les décors, s’en inspirant pour créer de petites histoires.

Simone Grand

Simone Grand

Née à Tahiti en 1943 de parents d’origines multiples dont tahitiennes, tupu’ai et popa’a par sa mère, popa’a et amérindiennes par son père, Simone a vécu et entendu différentes manières de décliner les identités dans les îles. « Accro » au savoir et à la compréhension du monde, elle est Docteur en Sciences et Docteur en Anthropologie. Maman de trois filles et grand-mère de trois petites-filles, elle s’est décidée à transmettre les mots des discours et ceux du silence.

Patrice Guirao

Né en 1954 à Mascara, Patrice Guirao arrive à Tahiti en 1968. Il n’en partira que pour continuer ses études en France à l’École nationale d’Aviation civile. Diplôme en poche, il revient exercer son métier d’aiguilleur du ciel sous ces tropiques qu’il aime tant. Quelques années plus tard, il entame avec succès une carrière depatrice_guirao_2 parolier sans pour autant abandonner son île. Il enchaîne les tubes en toute discrétion, et collabore avec des artistes tels que Jane Birkin, Kyo, Pascal Obispo, Calogero, Johnny Hallyday ou Florent Pagny pour ne citer qu’eux. Il prêtera ensuite sa plume à plusieurs comédies musicales à succès (Les Dix Commandements, Le Roi Soleil, Cléopâtre, Mozart, Robin des Bois, Les 3 Mousquetaires).

Avec le roman policier, Patrice Guirao s’adonne à une nouvelle forme d’écriture. Après Crois-le !, Lyao-ly et Si tu nous regardes…, trilogie Al Dorsey intimement liée à la Polynésie et dont une adaptation télévisée est en cours, il passe au noir…

Michel Lextreyt

Michel Lextreyt vit en Polynésie française depuis 1983. Agrégé de géographie, il est inspecteur Michel-Lextreytwebd’académie honoraire. Grand connaisseur de l’Océanie, qu’il a sillonnée et étudiée pendant trente ans, il a réalisé ou coordonné de nombreuses publications sur cette partie du monde. Il est entre autres l’auteur du premier livre de cette collection, Nouvelle-Zélande, Aotearoa, le pays au long nuage blanc. Michel Lextreyt a été le maître d’oeuvre de cet ouvrage. On lui doit toute la partie géographie, ainsi que plusieurs études figurant dans la partie zoom. Il a par ailleurs adapté les contributions des co-auteurs aux impératifs de la maquette, qu’il a construite en collaboration avec Philippe Bacchet. Michel Bernard, Yves Jacquier et Robert Aublin sont également co-auteurs.

Te’ura Camelia Marakai

Professeur certifiée de langue tahitienne à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, oratrice traditionnelle, Te’ura Camélia Marakai édite en 2002 son 1er livre dédié à sa grand-mère Tetuaura TAVAE-MARAKAI intitulé L’écho des entrailles et ce grâce au 1er Prix qu’elle obtient lors du « Concours LittérTeura Camelia Marakaiaire du Président en langue tahitienne (catégorie jeunesse) », organisé par le Ministère de la Culture en partenariat avec la Présidence du Gouvernement.

Descendante de la déesse du volcan PELEHONUAMEA et Kumu Hula, elle crée son école de danse hawaiienne le Hālau O Ka’ulaokeahi en 2006 et présente ensuite en France en 2012 son spectacle SAGA PELE, relatant l’histoire de la déesse PELE.

André Marere

André Marere s’est passionné pour le dessin dès qu’il a su tenir un crayon. Artiste autAndré-Marerewebodidacte, il a expérimenté de nombreuses techniques qui le font reconnaître au premier regard. Cette Polynésie qui vit tant bien que mal les bouleversements de son environnement naturel, culturel, économique constitue la base de sa réflexion.

Ophélie Marten-Jeanroy

Française, italienne et allemande qui a vécu pratiquement toute sa vie à Tahiti avant de s’installer à Paris. Eternelle touriste, rêveuse invétérée, dévoreuse de romans fantastiques… Très tôt, les histoires ont pris vie sous sa plume.

Hinarai Rouleau

Née à Tahiti de père français et de mère demi-Tahitienne, Hinarai a photographié Hinarai Rouleaula nature depuis son plus jeune âge. Elle aime à dire qu’elle « écrit avec la lumière », pour reprendre l’étymologie du verbe photographier. Captivée par la magie et la beauté de la vie, elle a su, avec beaucoup de poésie capter ces instants éternels qui caractérisent nos îles.
Livres de photographies de Hinarai Rouleau parus aux éditions Univers Polynésiens : Vallées de Tahiti, Jardins de Tahiti, Maisons de Tahiti, Marché de Papeete, Vanille de Tahiti, Atolls de Polynésie, Artisanat de Polynésie et Te Tifaifai.

Nathalie Heirani Salmon-Hudry

Nathalie Heirani Salmon-Hudry est née en 1983, à Papeete. Suite à une erreur médicaHeirani-Salmon-weble à sa naissance, elle est infirme moteur cérébral. Malgré ce handicap important, elle cherche toujours à vivre aussi normalement que possible, faisant face aux préjugés et aux difficultés. Son parcours dans la vie est celui d’une personne pour qui rien n’est facile. Chaque jour est un défi et elle le relève grâce à l’amour infini de sa mère. Une « évasan » – évacuation sanitaire – en France la confortera dans l’idée qu’un « handicapé » est une personne « normale », il suffit de bien regarder. Elle se bat, elle apprend, et elle se construit dans un monde ou son handicap lui impose un effort particulier pour les choses qui paraissent les plus simples aux valides. Un parcours atypique pour une vie normale.

Bruno Saura

Bruno-SauraBruno Saura est professeur en Civilisation polynésienne à l’université de la Polynésie française. Titulaire d’un doctorat en Science politique et d’une habilitation à diriger des recherches en Anthropologie de l’université d’Aix-Marseille III, il réside de longue date en Polynésie française. Ses principaux travaux portent sur la tradition orale des îles Sous-le-Vent (La lignée royale des Tamatoa de Raiatea, 2003 ; Huahine aux temps anciens, 2005), ainsi que sur les questions ethniques, politiques et religieuses dans le Tahiti d’aujourd’hui (Des Tahitiens, des Français, leurs représentations réciproques aujourd’hui, 1998 ; Tinito, la communauté chinoise de Tahiti, 2003 ; Tahiti Mä’ohi. Culture, identité, religion et nationalisme en Polynésie française, 2009).

Chantal T. Spitz

Chantal T. Spitz, tahitienne océanienne, naît à Tahiti en 1954. Son premier Chantal-2011webroman L’île des rêves écrasés, premier roman tahitien publié, est édité en 1991 aux éditions de la plage (réédition en 2003 aux éditions Au vent des îles). Il est salué en Polynésie française comme un événement à une époque de renaissance culturelle pour son écriture au rythme inspiré par l’oralité. L’île des rêves écrasés est le premier roman tahitien traduit en anglais. Il parait aux éditions Huia (Wellington, Te Aotearoa) sous le titre de Island of shattered dreams dans une traduction de Jean Anderson.
Chantal T. Spitz participe à l’aventure de la revue littéraire Littérama’ohi débutée en 2002, dont l’un des objectifs est de faire connaître la variété, la richesse et la spécificité des auteurs originaires de la Polynésie française dans leur diversité contemporaine. En 2011, elle publieaux éditions Au vent des îles Elles. Terre d’enfance. Roman à deux encres, dans lequel elle raconte l’histoire d’une femme et se fait l’écho d’une identité métissée dans une Polynésie violente, doucement douloureuse, mais férocement poétique.
L’oeuvre romanesque exigeante qu’elle élabore lentement, le travail original qu’elle effectue sur la langue et sur les formes, la cohérence de la vision qu’elle offre en font un artiste de premier plan dans le domaine littéraire.

Heipua Teariki Bordes

« Née à Tahiti d’un père originaire de Afaahiti à la presqu’île et d’une mère issue de heipua_bordesAfareaitu sur l’île de Moorea, je me suis intéressée très tôt à la civilisation polynésienne à laquelle j’appartiens et à celle plus large du Pacifique. Les Sages de nos îles ont été mes véritables maîtres et guides.
Sous leur guidance et avec les communautés dans les îles,  des œuvres collectives ont pu être réalisées où le talent de chacun était sollicité. C’est ainsi que j’ai pu explorer, exercer et révéler mes dons dans la composition, le chant, la musique, la danse, la poésie, les pièces de théâtre, la chorégraphie, les films, la réalisation, la peinture et enfin l’écriture. »
« Hō mai te ua » est une Invocation à la pluie de la Terre-Mère , une ouverture sur la relation toute particulière que nous entretenons avec ce que nous appelons « Teie Ao ».

Teheiura Teahui

Né en Polynésie française, Teheiura Teahui a toujours été passionné par la cuisine. Teheiura portraitTout petit déjà, il mitonnait de bons plats avec des produits qu’il allait lui-même récolter dans la nature.

Aventurier emblématique d’une émission de télévision française, Teheiura reste avant tout cuisinier. Diplômé en cuisine, il anime des ateliers à domicile (www.chef-teheiura.com) dans le sud de la France, avant de pouvoir ouvrir son propre restaurant. Ses créations culinaires sont le résultat d’un mariage original et réussi entre gastronomies française et polynésienne.

Edgar Tetahiotupa

Edgar Tetahiotupa est professeur des écoles, docteur Edgar2en anthropologie sociale et culturelle, membre du Réseau Asie-Imasie. Il s’intéresse aux langues et à la culture polynésiennes, aux problèmes de contacts des langues polynésiennes et française, à l’enseignement des langues polynésiennes.

Christine Vinolo et Jérôme Descamps

Les desvinosMusiciens, jongleurs, bricoleurs… ce couple d’artiste nous fait, à chacune de leurs nouvelles créations littéraires, découvrir un peu mieux leur univers très coloré et rythmé, toujours en musique. Leur premier ouvrage 14 comptines de Tahiti connaît un véritable succès auprès des petits et des adultes. Suivent un livre de recette pour les plus gourmands ainsi que deux autres albums musicaux dont leur petit dernier Noël sous les étoiles de Tahiti. Une manière ludique et créative de découvrir les mots tout en musique, pour le bonheur des petits comme des grands !

Laisser un commentaire