Les invités du Salon

TEHEIURATEHEIURA 

Né en Polynésie française, Teheiura teahui a passé toute son enfance sur l’île de Taha’a surnommée l’île Vanille. A 20 ans, il part étudier en métropole à l’UFR STAPS de Montpellier mais c’est dans le milieu de la cuisine qu’il brillera : il obtiendra son diplôme de cuisinier à Sète en 2006.

En 2011, Teheiura incarne l’aventurier par excellence dans le célèbre jeu de TF1, Koh-Lanta : Raja Ampat, en Indonésie. Le Polynésien impressionne par ses qualités sportives, ses capacités en survie et sa détermination sans faille dans les épreuves qui le mènent à la finale. En 2012, il participe à l’édition spéciale Koh-Lanta : la revanche des héros au Cambodge, en 2014 à la nouvelle édition et en 2020 à Koh-Lanta, l’île des Héros. Il participe également à d’autres émissions télévisées : en 2013 il se lance à l’assaut du Fort Boyard avec son équipe (Samuel Etienne, Aïda Touihri, Cyril Féraud, Stephan Rizon et Danièle Evenou). En 2016 il tente sa chance dans Ninja Warrior sur TF1 et intervient comme coach auprès des familles dans Tahiti Quest sur Gulli. En 2017 et 2018 il co-anime avec Laurent Maistret, l’émission pour graines d’aventuriers Ecole Aventure sur Télétoon+. Entre temps, Teheiura publie son premier livre de cuisine, Aventure culinaire, aux éditions Au vent des îles puis il devient gérant de son entreprise en lançant son food-truck, le Manatoa.

 

manon FargettonMANON FARGETTON

« Manon Fargetton n’aime pas les biographies. Elle s’y sent à l’étroit.

Ce que l’on sait d’elle : elle est née en 1987, a grandi à Saint-Malo, vit à Paris. Elle publie sont premier roman à dix-huit ans, enchaîne avec une vingtaine de livres et de nombreux prix littéraires. Elle aime la musique, la mer, le surf, les coquelicots, lire dans son lit l’hiver, lire dans son hamac l’été, voyager seule, rencontrer des compagnons en chemin, revenir, et aborder, lorsqu’elle écrit, des univers chaque fois différents. Après avoir exercé pendant dix ans le métier de régisseuse lumière pour le théâtre, elle se consacre aujourd’hui exclusivement à l’écriture. »

 

Photo 11ESTELLE BILLON SPAGNOL

Après des études de droit, Estelle Billon-Spagnol entre dans la police. À trente ans, elle prend un virage à 180 degrés et publie son premier album chez Talents Hauts. Elle a depuis publié une vingtaine de livres comme illustratrice, auteure, ou les deux. Elle a été lauréate du prix graines de lecteurs 2014 et sélectionnée pour le prix Tam-Tam j’aime lire 2014 pour le préau des z’héros.

 

chenCHEN JIANG HONG 

Chen Jiang Hong est né en 1963 en Chine. Son enfance, où il vit avec sa mère et ses grands-parents est marquée la Révolution Culturelle (1966-1976) et par l’absence de son père qui va beaucoup joué dans la réalisation de ses albums. Il s’en imprègne pour l’album « Petit Aigle ». Ses premiers dessins sont réalisés sur le sable et représentent des silhouettes, des visages à défaut d’avoir du papier à sa disposition.

Durant 6 ans, il suit des études aux Beaux Arts de Pékin avant d’arrivée en France en 1987. Il est peintre, sculpteur et illustrateur pour la jeunesse. C’est dans son pays natal qu’il s’initie à la technique précieuse des Maîtres anciens, il met à profit son expérience pour réaliser ses dessins. Il utilise des pinceaux et l’encre de chine directement sur le papier. Chen adore les couleurs suivantes : Rouge, Noire et blanc. Avant de faire des albums, le peintre vit de ses dessins.

Son geste puise sa force dans un espace proche de la tradition par la technique, mais se veut néanmoins libre de toute contrainte. C’est avec force qu’il revendique son identité, par ses peintures dont le reflet intérieur révèle la croisée des chemins de l’Orient et de l’Occident.

Chen va d’abord illustré les récits des autres, puis, sur les conseils de son éditeur (’École des Loisirs), il s’est mis à imaginer ses propres albums. Écrire en français fut difficile, au début.Mais après avoir travailler auprès de différents auteurs, il a appris. Au fur et à mesure la narration s’est libérée avec des textes plus courts, il réalise de merveilleux albums. On ressent bien sa culture chinoise dans ses œuvres que ce soit dans les albums ou bien les recueils de contes traditionnels. Actuellement il vit à Paris et expose dans les galeries d’Arts.

On ne raconte pas des histoires aux enfants de façon anodine. Le passé de l’auteur se confronte au monde contemporain. Le démon de la forêt décrit la rencontre entre deux « anormalités », un enfant exclu par son entourage et une créature surnaturelle. Pour le Chinois installé en France, cette parabole sur la différence et la place de la spiritualité dans notre société de consommation était importante.

Dans l’œuvre de Chen, la notion de transmission (de la connaissance, du savoir-faire) est centrale. Il vante d’ailleurs la vertu du travail et se considère comme artisan avant d’être un artiste. Il se dit « effaré » de ce que qu’on enseigne aux Beaux-arts aujourd’hui, le concept plutôt que la technique. Et puis, « il y a beaucoup d’artistes ou d’écrivains ratés qui pensent pouvoir réussir des ouvrages pour la jeunesse. Faux. C’est difficile, magnifique et subtil quand c’est réussi. Les enfants saisissent cela ».

 

MOETAI BROTHERSONMOETAI BROTHERSON

Moetai Brotherson se définit comme conteur. Il inscrit les histoires dans l’Histoire et tresse les fils du réel à ceux des légendes. nfant de Huahine, il écrit depuis ses quatorze ans. Passionné par son pays et sa culture, il s’exile pourtant à New York. Là, il vivra directement les événements du 11 septembre 2001 qui le feront revenir au fenua. Paradoxalement, il écrit par amour de l’oralité, le livre n’étant que la partition d’une mélodie que chaque lecteur est libre d’interpréter. Citoyen engagé, il participe en 2010 à l’aventure « O Tahiti Nui Freedom », visant à construire et envoyer une pirogue à voile polynésienne de Tahiti à Shanghai en pleine saison des typhons. En 2014, il devient adjoint au maire de Faa’a, il est élu député en 2017, et représentant à l’assemblée de Polynésie en 2018.

MOURAREAUMOURAREAU

Né à Tahiti d’un père breton alcoolique autoterminé et d’une mère chinoise, bourgeoise assumée. Il fêtait ses deux mois d’existence à la chute de l’URSS, a été télé-témoin de la France de 1998, du 11 septembre et de Lehman-Brothers. Il a grandi sur une île paumée et a étudié sans conviction ni docilité dans une  grande école quelconque. Fonctionnaire éphmère, il a démissionné pour répondre à l’appel de la Start-up Nation.

 

HEREITI SEAMANHEREITI SEAMAN

Hereiti, c’est le prénom tahitien que mes parents, Maui et Vaea, ont choisi il y a 25 ans. J’ai grandi à Bora bora jusqu’à l’âge de 13 ans. Je suis ensuite partie vivre à Hawaï pendant 6 ans avant de revenir m’installer au fenua. Mes valeurs ? Je prône le respect de chacun, l’unité du monde dans une cohabitation naturelle entre la nature, les animaux et les hommes, pour un équilibre constructif. À force de positivisme et de persévérance, je suis arrivée, petit à petit, à ce que ma vie et mes actions soient en phase avec mes valeurs intrinsèques. Ma passion pour le yoga s’est transformée, en 2018, en une activité réelle dont j’ai fait mon métier, après une formation de 200 heures en Inde. Aujourd’hui je suis une femme comblée, maman de 5 adorables chats et fiancée à l’être le plus merveilleux qui soit. Je suis fière d’avoir pu tisser mon cocon à Hiva oa, l’île qui m’a aidée à m’épanouir et à me révéler mon moi le plus profond. J’ai commencé à diffuser mes recettes sur YouTube et les réseaux sociaux, mais c’est là, sous vos yeux, mot après mot, phrase après phrase, que naît mon premier livre.

 

Patrice Guirao. 2013.09PATRICE GUIRAO

Adolescent, Patrice Guirao a été déposé par l’Histoire sur la terre polynésienne. Depuis cinquante ans, ces racines n’ont cessé de nourrir sa force vitale et l’âme de son écriture. Et s’il lui est arrivé de s’éloigner de la Polynésie, il ne l’a fait que pour continuer ses études à l’ÉNAC et, quelques années plus tard, assurer de temps à autres « le service après-vente » de sa carrière de parolier à Paris. Depuis bientôt dix ans, il s’attache à transmettre une image hors clichés de la Polynésie. Il a choisi de le faire à travers une saga dont le guide est le détective privé « Al Dorsey » et avec un style nouveau dit « noir azur » : noir, car il respecte à la perfection les codes du polar classique — humour cinglant, enquêtes palpitantes et protagonistes excentriques —, mais aussi azur, où les bleus du lagon coulent entre les lignes. C’est depuis Tahiti, qu’il écrit ses romans dont la saga Al Dorsey, Le Détective de Tahiti — Crois-le ! ; Lyao-ly ; Si tu nous regardes ; Tu vois ; Rien n’est perdu (à paraître en 2021) —, portée à l’écran par France Télévisions en 2017. La série des enquêtes de Lilith Tereïa : Le bûcher de Moorea et Les disparus de Pukatapu (parus aux éditions Laffont – La Bête Noire) lui permet d’accéder à la sélection « Les Nouvelles Voix du Polar 2020 ». Parallèlement à son travail sur le roman « Noir Azur », il s’inscrit également dans la grande famille des auteurs de thrillers. Avec des ouvrages comme À la lueur du sang et plus récemment #Mains de glace;

virginie_nbVIRGINIE PRAT

J’ai grandi avec un grand-père et un père qui racontaient des histoires fabuleuses en chuchotant à la lumière d’une bougie ou sur le pont d’un bateau. J’ai grandi avec Candy, Esteban, zia, gigi, Rémi sans famille et Bouba. J’ai grandi avec des arbres à escalader, prêts à accueillir toutes mes cabanes d’indien. Et grâce à tout cela, aujourd’hui et depuis toujours, j’écris pour les enfants pour retrouver et transmettre a mon tour un peu de toute cette magie .

 

Les e.Invités

 

einvités