Les Bataclowns – « Fous du roi » contemporains

les-bataclowns

Etonnante rencontre en perspective au salon du livre de Papeete : à la tribune et en présence des orateurs, deux clownanalystes de la troupe Bataclown vont conclure bon nombre de tables rondes, rencontres et conférences. L’idée ? Faire rire, mais pas seulement.

Charles Gimat, alias Victor et Marie-Christine Rosier, alias Rosalie, sont clownanalystes. Derrière leur nez rouge se trouvent un homme et une femme doués d’un sens aigu de l’observation. Concrètement, « lors d’un colloque, ils s’installent dans le public “ en civil ” pour écouter une conférence ou un débat. »
Ils s’imprègnent des contenus théoriques, mais aussi du vécu des participants, repèrent les émotions bridées et les non-dits parasites ! Puis ils se métamorphosent en Victor et Rosalie et interviennent à la tribune pour offrir aux congressistes un miroir décalé, fascinant, de ce qu’ils viennent de vivre.

« Leurs regards d’artistes introduisent un espace de jeu théâtral dans les réunions de travail et créent en direct une parole libre, un point de vue décalé, singulier, teinté de naïveté et d’impertinence jubilatoire. » Les moments de rire et de détente dynamisent les travaux, le miroir candide révèle les enjeux et resserre les liens, les situations symboliques jouées lors des improvisations incitent à imaginer ensemble ce que sera demain. Ils sont, en quelque sorte, les « fous du roi » des temps modernes ! Lors du salon du livre, ce seront les conférences et tables rondes programmées qui feront l’objet de leur attention. À l’issue desquelles, ils proposeront des improvisations de 10 à 15 minutes.

Le duo est membre d’une troupe dite Bataclown basée en région toulousaine. Les Bataclowns interviennent depuis 30 ans dans des milieux multiples : entreprises, banques, agriculture, action sociale, santé, collectivités, éducation… Soit au total, environ 2500 manifestations ! Ils ont joué en métropole mais aussi en Suisse, Belgique, Espagne, Italie, Allemagne, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Maroc, Grèce, Tunisie, Canada, Chine, Martinique, et… Nouvelle-Calédonie. « Le monde, cet océan d’interactions multiformes, baigné de soleil ou battu par les vents, aux surfaces rudes ou chatoyantes, émouvantes toujours, aux profondeurs prodigues en plénitude », est devenu leur terrain de jeu.