Le coin des artistes

Le Salon « Lire en Polynésie » n’est pas qu’une rencontre littéraire, il s’agit également d’intégrer des artistes polyvalents pour leurs facultés et talents à jouer avec les mots… En musique, ou en lumière ; en sons et en flash ; en rythme ou à contre-temps…

Découvrez une sélection d’artistes acidulés, éclectiques et effervescents, qui sauront vous surprendre autour du thème de « La Nuit » ! Le temps d’un échange, musical et littéraire ; d’un atelier de Light Painting ; d’une rencontre entre deux cultures artistiques… Nos invites du coin des artistes vont vous enchanter, à l’approche de la Nuit.

Bastien LallemanBastien Lallemantt – Artiste « multi-facettes » – Les Siestes Acoustiques 

Découvrez son interview spéciale Salon !

Originaire de Dijon, où il suit des études supérieures aux Beaux Arts, Bastien Lallemant préfère finalement les sons et les paroles aux pinceaux et aux crayons. Auteur, compositeur et guitariste, il se entame une carrière dans la musique en 2000.

C’est en 2010, lors du Festival « Le Festin » à Paris qu’il se hisse sur les devants de la Seine (et de la scène) avec son concept novateur « Les Siestes Acoustiques » : sur fond musical (souvent acoustique d’ailleurs) en direct, il invite le public à s’installer sur des chaises longues, transats et autres poufs improvisés, et à se laisser bercer par la musique et le récits qu’il chante harmonieusement. Car ses concerts sont bien surprenant : il mélange ambiance sonore et vers, tirades ou lectures issues de fiction, de poésie… voire d’improvisation !

Véritable laboratoires musicaux et acoustiques, les Siestes sont imprévisibles mais captivantes, alors installez-vous confortablement et laissez-vous hypnotiser par cette musique littéraire inédite !

Light Painting WJ YangWen-Jié Yang – Photographe et Light Painter

Découvrez l’interview spéciale Salon !

D’origine taïwanaise, Wen-Jié est cependant né à Paris, quartier de Montmartre. En véritable autodidacte, il s’offre un premier appareil photo -un Reflex d’occasion- qui sera son outil d’apprentissage et de référence.

Rapidement attiré par la photo humaniste, il se laisse aller au vagabondage nocturne, équipé de son appareil, pour s’essayer à la photo nocturne et se familiariser avec les rencontres atypiques que ce style implique. Un métissage de culture, donc de sources d’inspirations, qui le mènent spontanément vers la technique du Light Painting.

Depuis 2011, il organise de nombreux ateliers et évènements afin de faire découvrir cette technique au grand public : amateurs, aficionados, professionnels et curieux, il y en a pour tous les goûts. En 2012, il crée le «Light Club», un collectif de cinq artistes de Light Painting installé dans le XIème arrondissement de Paris, en plein squatLe Bloc. Leurs performances toujours plus spectaculaires prennent de l’ampleur en France et en Europe, à travers des réalisations et des performances en direct, toujours très intéractives avec le public.

Il sera l’un des pionniers en France à expérimenter cette technique, en se risquant à la réalisation de prototypes inédits et à imaginer des scènes chaque fois plus abouties. Son approche évolutive le fait sortir des studios de photographie pour évoluer dans un univers extérieur, ouvert, vivant et lumineux. Sauf qu’il s’agit de lumières dans la nuit !

Suivez Wen-Jié Yang sur sa page Facebook

Vincent Bruno - LPVincent Bruno – Artiste et Light Painter

Artiste autodidacte, il s’installe à Paris dès l’âge de 18 ans, où il commence à exposer «en sauvage» : dans la rue, sur le Pont des Arts, dans certains bars… avant de se retrouver propulsé dans le milieu très fermé des galleries d’art parisiennes ! Il est alors repéré et sollicité pour s’investir dans le domaine de la décoration de luxe, ce qui l’amène à voyager d’Istambul à New-York ; de Majorque à New-Delhi, où il effectue également des performances de body-painting dans certains clubs huppés de la mégalopole.

À son retour en France, ses nombreux voyages lui ont ouvert l’esprit et changé le regard qu’il porte désormais sur la société. C’est pourquoi il s’engage socialement, en devenant animateur dans des Centres du Logement des Jeunes Travailleurs (CLJT) et des centres de détention. Il transmet à ses élèves le sens du du détail et l’importance du travail d’observation avant tout chantier artistique, ce qui leur permet d’exprimer plus librement leurs émotions et sentiments.

En 2012, Vincent Bruno collabore à la création du collectif «Light Club» avec Wen-Jié Yang. Il définit ce groupement d’artistes comme un «cabinet de réflexion entre artistes» pratiquant le light painting. Il multiplie les prestations en France et à Amsterdam, puis est sélectionné pour participer à l’évènement international «Techfest» organisé par l’association Light Painter World Alliance.

Dernièrement, il se dédie à une nouvelle passion découverte artistique : le tatouage, étape ultime dans la finalisation de son art, est perçu tel un vecteur de contact physique et direct avec l’Autre.

On parle de lui par ici !